La médiathèque Croix du bac ouvre sa page facebook

 

Oui oui, je sais, certain diront que ça ne sert à rien facebook, pourquoi fichtre, aller sur un réseau social virtuel, alors qu’ici, on est déjà un réseau social bien réel ?


Il faut vivre avec son temps, comme on dit, on ne peut pas aller à l’encontre du progrès… par contre, ce qu’on peut faire, c’est d’utiliser le progrès, à son encontre, par là, je veux dire, qu’on est pas obligé de suivre aveuglément toutes les innovations technologiques qu’on nous vend à longueur de journée, à coup de mensonge éhonté, comme le truc sans lequel on ne peut pas vivre (heureux) … non, rien ne nous oblige à suivre bêtement le progrès, on peut lui faire face, on peut le mettre en doute, se poser des questions,  est-il réellement là pour notre bien être ?


Est-ce que Facebook au fond, n’est pas une résultante d’un monde malade où le rapport social et humain est devenu inexistant entre les individus ? 
 

Le progrès peut être positif, tout dépend de l’utilisation qu’on en fait, et du recul nécessaire pour ne pas s’oublier soi-même,  ne pas perdre la raison, et le sens réel de la vie, le problème aujourd’hui, c’est que les moyens technologiques ne sont pas là pour élever l’être humain, dans ce qu’il est de meilleur, ils sont là pour asservir et rendre esclave les Hommes, je pourrai prendre un tas d’exemple dans le quotidien, dans tout les secteurs, pour prouver l’illogisme de la situation et la faiblesse de chacun à se libérer.

Et sur le carreau, ça laisse tomber tout un tas de gens, de métiers, de savoirs faire, de connaissances, des siècles d’Histoires et de luttes pour la liberté de l’homme. Dans notre société, le passé est révolu, c’est devenu has been, c’est quelque chose que l’on refuse de regarder et d’analyser. On apprend jamais de nos erreurs, on recommence inlassablement.


Est-ce qu’on est vraiment libre aujourd’hui ?


A part l’économie… pour ça oui elle est libre… le reste je vois pas. 

C’est vrai qu’on est libre de circuler, faut bien que les gens fassent circuler l’économie jusqu’aux banques ! entre 5 radars et 2 contrôles routiers !

On est libre de s’exprimer, tant qu’on reste politiquement correct (quand on voit le niveau politique aujourd’hui … ) SURTOUT, surtout, qu’on ne choque personne avec la vérité, seul la dissimulation est autorisée.  La vérité est illégale.
 

Economie, hypocrisie, fric, mensonge ce monde ne me donne pas envie, il épuise mon espoir.


Bref,  à défaut d’avoir de l’espoir dans cette société là (ce qui serait une grande perte de temps)

J’en ai un paquet énorme, dans celle qu’on devrait rebâtir tous ensemble, dans une volonté commune et dans l’envie de solidarité, de convivialité, dans le respect, dans la compréhension et l’acceptation de tout ce qui est différent, pourquoi n’accepter qu’un seul chemin en impasse alors que la vie, si on l’écoute bien,  nous en ouvre des kilomètres, des sentiers inexplorés riches en surprises, en beauté, en découvertes et en bonheurs.


Réapprenons à vivre et à rire ensemble


Si je devais écrire au père noël je lui demanderai une société plus juste, plus responsable, plus équitable, plus ouverte, plus humaine, plus légère mais avec les pieds sur terre, comme des adultes oui, mais des adultes qui garde précieusement les rêves et les âmes de quand il était gosse, ce qui pourrait dans un même temps permettre de mieux comprendre nos enfants, de trouver leurs équilibres, de leurs donner des vrais repères et de mieux les épanouir à la vie. Oui je voudrai une société où les gens redeviendraient tous curieux et intéressant. Qu’il arrête de se dire qu’ils savent tout sur tout, tout le temps, parce que soit disant, ils seraient devenus des "adultes"…on ne sait jamais réellement rien de rien, c’est être Faux que d’oser s’affranchir de la vérité, rien n’est réellement défini et tout peut changer, si on le veut vraiment. 

Mais pour ça, faut-il encore que chacun puisse prendre connaissances du vrai fond des problèmes et des solutions à y apporter,


parce qu’on ne répare pas une voiture en panne, en lui donnant des coups de pieds, on cherche le vrai problème, celui responsable de la vraie panne. 


Pourquoi on ne fait pas ça ? Dans la société ?! on sait tous, très bien, que l’éducation est en panne, que le travail n’est plus valorisé, on sait tous qu’il y a de la violence, de l’irrespect, de l’égoïsme autour de nous, on sait très bien que la terre est malade d’une hyper productivité polluante, irresponsable et inconsciente, qu’on tue des gens, voir des enfants, à l’autre bout de la planète pour notre confort personnel, on sait tous qu’on a perdu le contrôle de ce qu’on mange, de ce qu’on fabrique, de ce qu’on est, on a perdu le contrôle de nos vies mais on préfère rester passif, dépressif, fataliste, inconscient, on fait semblant, on préfère l’ignorance…


Pourquoi on essaye de mettre des rustines sur un pneu éclaté en mille morceaux?? hein? j'aimerai bien savoir...


Le rôle d’une médiathèque dans tout ça ? C’est permettre à chacun d’accéder à la Culture et à l’Art en général, et donc à la connaissance.

La Culture, c’est un vecteur inépuisable de connaissances, ça permet d’ouvrir les esprits, les consciences et de pousser à la réflexion,  à émettre des doutes sur les conventions apprises, conventions qui enferme chacun dans des convictions profondes, qui ferment l’esprit, plutôt que de l’ouvrir à la réelle richesse du monde.


L’art est libre de toute idéologie…et a toujours combattu les dogmes. Notre société est un dogme. Il suffit de s’en éloigner pour le comprendre.


Faire circuler le Savoir, c’est bien la mission de tout ceux qui en ont accès, principalement et surtout lorsqu’une société est dominée par une culture et par des médias de masse, qui eux n’ont pas comme objectif d’élever les consciences mais bien plutôt à les endoctrinées. Il est urgent de valoriser le Savoir, de le partager au plus grand nombre, de redonner le goût de la curiosité, le goût d’apprendre, de comprendre et d’informer les gens sur « ce qui ne se dit pas »  (ou « sur ce qu’on ne voudrait pas qu’ils sachent » ou encore « sur ce qu’ils ne veulent pas savoir », etc.   ça se décline aussi en voir et entendre)

 
Quelles solutions pourrait-on apporter à « ce qui ne se dit pas » si on le disait ? Est-ce qu’on pourrait retrouver un peu de sens moral ? Est-ce qu’on pourrait enfin retrouver de l’espoir ?


Pour moi il semble important et logique, dans ce monde moderne qui avance en titubant, à l’allure d’un mec bourré, fuyant par l’alcool cette triste réalité qu’il n’osera jamais affronter, parce que trop dur à accepter, à entendre, devenu esclave de lui-même, de son propre malheur, il boit et reboit inconsciemment, le peu d’espoir qu’il lui reste, marchant quelque part, sans être lui, sans savoir où… Il semble important de dire aux gens qu’il n’existe aucune fatalité que celle qu’on s’inflige à nous même. Et que si on le voulait bien, on verrait que des solutions et des réponses existent, seulement faut-il encore vouloir les chercher pour les trouver…Faut-il encore être curieux de la vie, de tout ce qui nous entoure.

Et comme on sait tous que sur Internet on trouve tout…bah voilà pourquoi la médiathèque sur facebook, utilisons les nouveaux moyens de communications afin de partager du savoir et des solutions aux plus grands nombres, à ceux surtout qui les utilisent tout les jours, et qui peut être sont dans la dépendance, les premières victimes.
 

L’objectif : retrouver le sens des choses, redonner de l’espoir, trouver des solutions.


Il est difficile pour moi d’exprimer la globalité de ma pensée par écrit, je suis du genre à toujours tout remettre en questions, principalement mes jugements sur moi et sur autrui, certainement dû au fait de m’interroger tout le temps sur l’incohérence de cette société, et au manque de perspective. Comme je l’avais déjà dit dans un article, je suis un jeune, j’ai 27ans et je me sens déstabilisé par cette société individualiste, hypocrite, immorale et sans vision d’avenir, je me sens seul devant le manque d’envies, d’espoirs et de volontés des gens à construire un monde nouveau, je me sens étouffé par cette atmosphère ambiante qui à le goût amer de la résignation, de l’intolérance, de la violence, et de la peur, la peur de nous même, la peur de l’autre ( Cette peur qui fait croire à chacun qu’il faut s’enfermer chez soi et mettre l’autre en prison), et ce goût amer qui ressemble à celui d’un fruit pourri, me rappelle ce que j’ai appris dans les livres d’histoires, qu’il n’y a pas si longtemps de ça, le même à entrainé une guerre mondiale, cette idée me paraît inacceptable, et de ne point voir l’Homme évolué me révolte.
Aujourd’hui j’ai décidé d’assumer cette révolte, et d’entrer en résistance.
Résister pour une révolution humaine, Résister pour la Conscience, Résister parce que de toute façon, je n’ai rien à perdre, ni d’autres alternatives, que je ne sais pas faire semblant, et que je ne peux pas ignorer qu’on nous a enlevé, à moi, et à toutes les générations qui suivent, et suivront, notre futur.


Qu’est ce qu’on nous laisse? Qu’est ce qui nous attends? 


Ceci n’est qu’un début, un premier cri de détresse mais aussi d’espoir, parce que seul, je sais, je ne changerai pas le monde, c’est à tout le monde et à chacun de changer, de se rallier, de s’unir, et de comprendre que le vrai bonheur ce n’est pas celui qu’on garde pour soi, chez soi, égoïstement (existe t-il ?) c’est celui qu’on vit et partage avec les autres de manière désintéressé.
C’est en fin de compte, comme créer un « facebook » réel, local, humain (mais respectueux de la vie privée) un peu comme avant pour finir, quand il n’existait pas, où les gens s'entraidaient et faisaient la fête, ensemble, dans la joie et la bonne humeur. 


Ah, si ce monde pouvait être plus léger…moins faux, plus authentique...

 

Signé: L'utopiste du village